HOME PAGE

 

 AGENDA     

 

AQUASCOPE   

 

ACCES

CONTACT

 FR

 NL

 EN
 
   
   
   

ETANG

»

Histoire

»

Nature

»

Calendrier Nature

»

Chroniques du Conservateur

»

Protection

 

 

ACTIVITES

»

Visiter l'Aquascope

»

Agenda

»

Expositions

»

Aubes sauvages

»

Visiter la réserve

»

Promenades nature

»

Sentier Contemplatif

»

Animations Scolaires
» Classes Vertes ou Bleues
» Projets d'écoles

»

Stages Nature

»

Formations/Conférences
 

 

Notre hôpital pour oiseaux et mammifères

 

 

DIVERS

» Qui sommes nous

»

Galerie Photos

»

Stagiaires / Emploi
» Taverne
» Boutique
» Hébergement

»

Newsletter

»

Liens

»

Sponsors
 
 

Actions de protection : installation d'un radeau permettant la nidification de la Sterne pierregarin

Retour


Saison de nidification 2015

 

3 couples nicheurs pour un seul jeune à l'envol

 

Saison de nidification 2013

 

3 couples nicheurs pour au moins 5 jeunes volants !

 

Saisons de nidification 2009, 2010, 2011 et 2012

 

Deux jeunes à l'envol

 

 

 

 

 

 

Saison de nidification 2008

Un couple de Sternes pierregarin profite à nouveau de la présence du radeau pour nicher !


Avec plus d’un mois d’avance sur l’année 2007, la deuxième nidification de cette espèce prestigieuse dans notre région a eu lieu sur la même plate-forme artificielle que celle occupée 1 an plus tôt.

Les jeunes sont nés le dimanche 8 juin, à la plus grande satisfaction des ornithologues locaux qui attendaient leur retour avec impatience. Au nombre de deux, ils sollicitaient déjà énergiquement leurs parents.

Cet évènement tout à fait exceptionnel a pu être observé dans de très bonnes conditions au départ d’un des observatoires de l’Aquascope Virelles nouvellement réaménagé grâce au soutien d’Electrabel pour suivre spécifiquement cette nidification.

De ce poste d’observation, à l’aide de longue-vues très puissantes, le public a pu pénétrer véritablement dans l’intimité du couple de Sternes : séances de pêche, nourrissage des jeunes, échanges de proies avec la femelle…Tout le monde a pu aussi assister aux démonstrations d’agressivité des parents vis-à-vis de tout intrus ou aux moments heureux de quiétude de la petite famille.

Un hasard ce deuxième cas de nidification à Virelles ?

Grâce aux efforts constants de Virelles-Nature, de Natagora et du WWF, la réserve naturelle est de plus en plus attractive pour notre faune sauvage. Et notre partenariat avec Electrabel via le programme « Nature de proximité » permet à tous et à toutes de découvrir cette nature si riche dans les meilleures conditions possibles.

 


 

Saison de nidification 2007

Pari gagnant ! Une première nidification en Wallonie !
                                                                
2007, le début de printemps chaud et ensoleillé n’incite guère les migrateurs à s’arrêter à Virelles pour reprendre des forces.
Peu de Sternes sont observées, si ce n’est mi-juin où un individu d’abord, puis un deuxième ensuite attirent les regards des passionnés. Non seulement les oiseaux montrent un comportement territorial certain, mais des prémisses d’accouplements sont notés : offrande de poissons, poursuites aériennes et simulacres de construction d’une petite dépression dans les cailloux du radeau. L’espoir chez les observateurs grandit.

 
Le 1er juillet, la femelle ne quitte pratiquement plus une des cavités creusées, la couvaison a commencé. Dès lors, le mâle n’en finit pas de ravitailler… Le peu de repos qu’il s’octroie sur le radeau est souvent écourté par l’arrivée d’un oiseau ou l’autre ; défense de la ponte oblige, les attaques aériennes sont légion. Tous les oiseaux présentant un danger potentiel, comme les hérons, les milans, les buses, les corneilles, sont écartés sans ménagement, quelle que soit leur taille.

Depuis le lundi 1er juillet la femelle semblait réellement couver sur le radeau...
Le 23 du même mois, au moins un jeune est observé très furtivement au petit matin lors d'un ravitaillement ; une petite tête sort de sous le ventre d'un des parents, bec désespérément tendu dans l'attente de sa pitance!!!
Les observations ultérieures confirmeront l'unique jeune.

La veille, des soupçons de naissance se profilaient au vu du comportement du couple. Jamais les sternes ne furent observées avec autant d'entrain ; nourrissage plus que régulier, affairement autour du nid, très vive intolérance envers certaines espèces survolant le territoire (Faucon hobereau, Balbuzard pêcheur, Héron cendré,...),...

Les conditions météorologiques précédant ce jour expliqueraient l'absence d'observation du jeune poussin qui serait donc né quelques jours avant, mais restait abrité sous l'un des parents.
Il n'est toutefois pas exclu que la ponte ait initialement comporté plusieurs oeufs.
Néanmoins, vu qu'il s'agit sans doute d'un jeune couple ou d'une ponte de remplacement, ce que laisserait supposer cette nidification tardive, la densité des oeufs est généralement plus faible.

Les adultes  se partagent la tâche; l'un d'eux reste au radeau pour surveiller le petit tandis que l'autre chasse des insectes ou pêche des alevins, voir attaque bruyamment l'un ou l'autre oiseau trop "curieux" au goût du vaillant parent...
 

Pourquoi Virelles ?

Une plateforme artificielle ne suffit pas pour attirer un couple de sternes pierregarin. Encore faut-il des ressources alimentaires suffisantes et une tranquillité absolue. L’absence de toute activité nautique sur l’étang de Virelles est sans conteste un élément déterminant dans le choix du site. Mais il est vraisemblable que la disponibilité en proies ait joué un rôle encore plus important. En ce domaine, les efforts constants de gestion menés par Virelles-Nature se sont révélés payants. En particulier la vidange de l’étang en automne 2006 a permis le rajeunissement des populations de poissons et la pêche de toutes les grosses carpes qui favorisaient la remise en suspension des vases lors de leur recherche de nourriture, donc la turbidité de l’eau. Cette action fait également suite à l’important programme de restauration de la qualité des eaux de l’étang de Virelles financé par la Région Wallonne et réalisé en collaboration avec tous les acteurs du bassin versant. Des dizaines d’actions avaient été proposées et concrétisées par les signataires de la charte, au bénéfice de la qualité de l’eau de l’étang.
En juin 2007, les Sternes ont trouvé à leur arrivée à Virelles des populations de poissons jeunes et diversifiées (elles ne pêchent guère de poissons d’une taille supérieure à 10cm) et une eau limpide, indispensable pour détecter leur pitance.

Les enseignements

La vie des oiseaux est sans doute l’un des plus beaux spectacles que nous offre la nature. Sans cesse, mille et une raisons de s’émerveiller ; magie du vol, diversité de formes, palette de couleurs, justesse des chants,… Sans parler du sentiment de liberté que nous inspire leurs déplacements.
Les oiseaux restent sans conteste les meilleurs ambassadeurs d’une nature trop souvent malmenée.

A l’heure où l’érosion de la biodiversité est une réalité en Wallonie, une nouvelle espèce nicheuse apporte un message d’espoir.

Cette nidification nous prouve le potentiel important d’adaptation et de développement de certaines espèces animales. Pour peu que ce potentiel puisse s’exprimer, ou mieux, qu’il soit favorisé, les populations de ces espèces peuvent croître. Mais avant tout, il faut comprendre les menaces et les besoins qui pèsent sur les espèces rares.

Enfin, cette nidification confirme si besoin est l’intérêt biologique remarquable du site de Virelles.

Pour tout savoir sur la nidification en 2007 ...


 

Saison de nidification 2006

Au printemps 2006, le radeau fraîchement placé sur l’étang n’a pas retenu plus qu’à l’habitude les sternes de passage. Début d’été, un petit évènement fait espérer tous les naturalistes locaux. Deux individus se montrent très territoriaux un jour de juillet (attaques sur héron, milan,...) avec de plus, des semblants d'accouplements ! Sans suite malheureusement…  Peut-être un jeune couple en repérage avant la reproduction de 2007 ?


 

Fin 2005 : Installation d'un radeau à Sternes sur l'étang de Virelles

Historique du projet :

Depuis quelques années, diverses expériences sont menées un peu partout en Europe afin de pallier la diminution des habitats susceptibles d’abriter la nidification de la Sterne pierregarin, qui aime nicher parmi les graviers, sur des pierres ou du sable. L’urbanisation du littoral maritime, l’aménagement des grands cours d’eau et le dérangement dû aux activités récréatives sont à l’origine de nombreuses pertes d’habitats propices. Face à ces menaces, diverses solutions existent dont par exemple la création de radeaux flottants.

Fin 2005, après avoir étudié les diverses possibilités envisageables au vu des particularités locales, la Commission Scientifique de l’étang de Virelles marque son accord pour la construction et le placement d’un radeau à sternes sur le site…
 

Le radeau flottant mesure 4 mètres sur 4 et pèse plus de 2,5 tonnes.

Les avantages de ce genre d’aménagement sont multiples :

  • Création d’un milieu propice à la ponte (galets)

  • Ponte à l’abri des coups d’eau grâce à la flottaison

  • Ponte et poussins à l’abri des prédateurs terrestres

  • Permet divers aménagements spécifiques (Filet anti-noyade, planches de repos,…)

Description et répartition de l’espèce :

La Sterne pierregarin (Sterna hirundo) est un oiseau aquatique de la taille d’une petite mouette. Son ventre blanc et son dos gris pâle tranchent avec le dessus de la tête noir. Sa queue est longue et fourchue, ses ailes étroites et pointues. Le bec et les pattes sont rouges.

Pour se nourrir, l’oiseau pratique le vol sur place qui lui permet de repérer à distance les petits poissons au voisinage de la surface. Suit alors un piqué parfois impressionnant qui se solde bien souvent par la capture d’un alevin inattentif ou moribond ; un rôle sélectif et sanitaire bénéfique pour les populations de poissons…

Cette « hirondelle de mer » se reproduit dans pratiquement tous les pays d’Europe, essentiellement le long des grands fleuves, de certains de leurs affluents ainsi qu’au littoral.
Les populations sont migratrices et hivernent le long des côtes africaines, du Sénégal à l’Afrique du sud.

En Belgique, les effectifs nicheurs sont très réduits et concentrés uniquement au nord du pays, la Wallonie se contentant d’en accueillir en période migratoire, pour des séjours de très courte durée, le plus souvent le temps d’une halte.

 

 
 

Site Created by: AGILOG

Electrabel est le sponsor principal de l’Aquascope Virelles

©2006 Virelles Nature Asbl