HOME PAGE

 

 AGENDA     

 

AQUASCOPE   

 

ACCES

CONTACT

 FR

 NL

 EN
 
   
   
   

ETANG

»

Histoire

»

Nature

»

Calendrier Nature

»

Chroniques du Conservateur

»

Plumes naturalistes

»

Protection

 

 

ACTIVITES

»

Visiter l'Aquascope

»

Agenda

»

Expositions

»

Aubes sauvages

»

Visiter la réserve

»

Promenades nature

»

Sentier Contemplatif

»

Animations Scolaires
» Classes Vertes ou Bleues
» Projets d'écoles

»

Stages Nature

»

Formations/Conférences
 

 

Notre hôpital pour oiseaux et mammifères

 

 

DIVERS

» Qui sommes nous

»

Galerie Photos

»

Stagiaires / Emploi
» Taverne
» Boutique
» Hébergement

»

Newsletter

»

Liens

»

Sponsors
 

Plumes naturalistes ... Les archives de l'été 2008

A l’ heure où les herbes ruissèlent encore de rosée ...

Dimanche 31 août. Envie d’aller tôt à Virelles, de goûter au calme du site à l’ heure où les herbes ruissèlent encore de rosée. Sur l’île, les colverts profitent du soleil naissant pour faire leur toilette sous l’œil de trois Hérons cendrés et de quelques guignettes et Bergeronnettes grises. Pas une souffle de vent sur l’étang. Sur ce miroir d’eau déambulent Cygnes, Canards, Grèbes et Grands cormorans. L’effarvatte se met à chanter. Un grand limicole pousse un cri et le Martin-pêcheur passe juste devant moi. Je ne regrette pas d’être venue …

Treize Hérons cendrés survolent l’étang en déchirant le ciel de leurs cris rauques. Jeudi dernier, à la même heure, j’avais déjà assisté à la spectaculaire envolée d’une quinzaine d’individus accompagnés par une Aigrette garzette. Ils se posent sur les berges dégarnies par la baisse du niveau d’eau. Deux d’entre eux, qui préfèrent voir la vie d’en haut, choisissent le toit du mirador. Nouveau passage du Martin-pêcheur, petit poisson dans le bec, cette fois. Une Aigrette garzette, bec sombre et pattes noires aux longs doigts jaunes, vient de se poser un peu plus loin sur la berge. Je ne tarderai sans doute pas à la retrouver au cours de ma promenade. Une deuxième choisit l’extrémité de l’îlot pour faire sa toilette … Et encore une apparition du Martin-pêcheur sous les encouragements répétitifs de la Sittelle torchepot et du Pouillot véloce. Je me régale … Les premiers moustiques, eux aussi, sont déjà de sortie …

La rive nord est maintenant jalonnée de silhouettes au long cou qui progressent lentement au pied des roseaux. Sur une distance de quatre cents mètres, je compte ainsi huit Grandes Aigrettes et cinquante-huit Hérons cendrés. Sept autres trônent au sommet des grands arbres de la roselière. Ça fait bien longtemps que je n’en ai pas vu autant ! Et les garzettes sont en fait au nombre de trois, perchées dans les saules de la presqu’île surnommée « le bout du monde ».

La chaleur du soleil réveille les insectes. La menthe aquatique se couvre d’abeilles et de bourdons alors que le frottement des ailes des libellules se fait entendre dans les roseaux. Deux Bergeronnettes viennent de prendre possession d’un caillou à cinq-six mètres de moi. Queue démesurément longue et sous-caudales jaunes, ce sont bien des Bergeronnettes des ruisseaux.

A partir de 9 heures, les Hirondelles rustiques et de fenêtre égaient les lieux de leurs ballets aériens. Quelques vols de Canards me signalent l’apparition d’un canoë à l’est de l’étang. Un escadron de vingt-cinq Grands Cormorans vient de se poser non loin de moi et redécolle bruyamment en apercevant ma présence. Je les retrouve assez vite en train de pêcher devant le mirador …

Au pied des roseaux, quelques castagneux et Sarcelles d’hiver … Après la facilité, il faut maintenant chercher … J’espère un Râle d’eau, l’un ou l’autre Chevalier et pourquoi pas un Balbuzard pêcheur. Ça démarre bien avec deux Bécassines des marais se toilettant dans l’intimité des touffes de roseaux. Et je me laisse déjà distraire par l’arrivée d’une trentaine de Vanneaux huppés qui rejoignent l’île. L’après-midi, j’entends régulièrement leurs cris depuis l’Aquascope.

Je croise Emmanuelle, dont l’expo se termine ce soir. Elle se promène … avec sa tapette à mouche. Un anti-moustique tout ce qu’il y a de plus naturel !!! Nous avons le plaisir de nous retrouver, de poser ensemble pour quelques photos et de pépier comme nous savons si bien le faire. Depuis l’observatoire, André essaie en vain de nous signaler un Balbuzard en train de pêcher à l’est de l’étang. Et bien tant pis pour le Balbu !!!

L’île accueille un nouveau vol de Vanneaux. Rien de tel que les oiseaux qui claironnent leur arrivée ! Je continue à exercer mon œil sur les Canards pour qui cette période est un peu ingrate. Un couple de chipeaux se prête au jeu. Miroir blanc, bec sombre chez le mâle, plus fin que chez le colvert, et profil de la tête tout à fait caractéristique avec un front très abrupt. Le long de la grande roselière, je repère également quelques groupes de morillons, de souchets et des Sarcelles d’hiver. Pas de chevaliers ni de râles … De toutes façons, une belle matinée à renforcer les liens avec ce site extraordinaire, qui est aussi mon lieu de travail …
 

Anne

Plumes naturalistes...

Levée de rideau …

Samedi 20 septembre. Température proche de zéro et soleil naissant dans le brouillard. Sur les toitures, les sansonnets font déjà les fous et je réentends pour la première fois le chant du Rougequeue noir qui froisse ses vieux papiers. Une Hirondelle rustique est posée seule sur un fil électrique. D’habitude, je suis levée bien avant eux …

Départ vers Virelles, qui accueille du beau monde en ce moment ! En semaine, les ornithos sont frustrés d’être coincés au boulot, avec l’intime conviction de passer à côté de plein de choses. Ces derniers jours, c’est le festival des dévoreurs de poisson : Balbuzards, Hérons cendrés, Grandes Aigrettes et garzettes, Grands Cormorans et même le plus petit de la bande, le Roi pêcheur. Mercredi, je pouvais observer, depuis mon bureau, les Balbuzards en quête de leur petit déjeuner. Ce jour-là, sur l’île, un Bécasseau minute, jolies bretelles sur le dos, frétillait de ses petites pattes noires. Première observation sur le site depuis 2004 ! Jeudi, Bernard a observé jusqu’à neuf Balbus. Un record !

Ce matin, un groupe de Vanneaux huppés occupe un champ à proximité de Virelles. Je tente le coup après avoir hésité de m’arrêter … et j’ai bien fait ! Les oiseaux se réchauffent aux premières lueurs du soleil, émettent quelques cris discrets et débutent leur toilette. Parmi eux, un seul s’active vraiment … et ce n’est pas un Vanneau. Je pense tout d’abord à un Bécasseau … J’appelle Sébastien pour voir s’il est dans les parages. Depuis une demi heure, il patiente en vain au mirador, espérant la levée du brouillard. Il va donc me rejoindre.

J’observe longuement l’oiseau. Les plumes brunes du manteau présentent un joli liseré clair, couleur crème. Pas de bretelles sur le dos et dessous des ailes clair. Bec noir, assez fin, présentant une très légère courbure, de longueur assez égale à la largeur de la tête. Sa calotte plus sombre et finement striée délimite au-dessus de l’œil un sourcil clair, l’œil étant prolongé par un vague trait sourcilier à peine plus sombre. Le cou et la poitrine chamois font place à une couleur crème sur le ventre et le bas-ventre. Pattes hautes, gris brunâtre. Bout des ailes atteignant la queue et rémiges tertiaires épaisses. Un SMS à Sébastien : un Combattant varié juvénile, je pense … Et à son arrivée, Sébastien confirme. Parmi les oiseaux, un lièvre s’est couché. Il est temps de rejoindre l’étang …

Virelles, 10h. Le rideau de brouillard vient de se lever, le spectacle va pouvoir commencer ! L’île accueille déjà quelques Vanneaux huppés et deux Canards siffleurs. Une Bécassine des marais se toilette avant de disparaître dans la végétation. Un guignette quitte les lieux en poussant de petits cris. Une trentaine de Grandes Aigrettes décollent du pied du mirador pour se répartir tout le long de la rive nord. Parmi elle, trois garzettes, bec noir et doigts jaunes, plus petites et aux battements d’ailes plus rapides. Des Hérons cendrés et des Grands Cormorans à foison. Les Balbus sont aussi de sortie. Le décor est planté !

Un vol claironnant de Bernaches du Canada arrive par l’ouest, elles sont au moins une quarantaine mais je les délaisse car je viens d’entendre le cri du Martin-pêcheur. Il se pose sur un roseau mort à cinq - six mètres de mois. Bec entièrement sombre, c’est un mâle. La femelle aurait du rouge aux lèvres, bien sûr … Trois fois, j’assiste à son plongeon éclaboussant et il se repose au même endroit. En vol stationnaire à trois – quatre mètres au-dessus de l’eau, il se métamorphose soudain en un joli colibri avant de s’éloigner. Moment béni des Dieux. Ceux de Mère Nature, évidemment …

En fin de matinée, les premiers vols de Vanneaux rejoignent l’île pour une baignade fraîche. Ils sont nettement plus bavards qu’au petit matin. Je retrouve le groupe de Bernaches qui suivent la roselière nord en une longue procession. Elles sont en fait septante-cinq. Puis les arrivées de Vanneaux s’enchaînent et je cherche parmi ceux-ci la présence éventuelle d’un intrus. Rien vu …

Mais, si, à la pointe de l’île, un Combattant varié vient de se poser et s’active pieds dans l’eau. De temps en temps, il se fait houspiller par les Vanneaux. Tout le groupe décolle mais le Combattant réapparaît au même endroit. La lumière est superbe et il est beaucoup plus proche que ce matin. Belle obs ! A nouveau, je suis surprise par la différence de corpulence par rapport aux Vanneaux alors que le guide ornitho évoque des tailles assez similaires. Mais il précise tout de même que les groupes automnaux de Combattants présentent de grandes variations de taille et de plumage.

Quelques Hirondelles rustiques en migration survolent l’étang. Je recherche sur les vasières au pied de la roselière Râles et Marouettes mais ne trouve que quatre Poules d’eau. Arrêt pour la pause sandwich …

En début d’après-midi, le vent de nord-est s’est levé et les berges sont animées par le clapotis de l’eau. Partout au bout de l’étang, on aperçoit les silhouettes de grands échassiers gris ou blancs, en vol, perchés ou pieds dans l’eau. Quelques Grèbes huppés et castagneux et un grand groupe de Fuligules milouins et morillons. Les Canards souchets tournoient déjà en carrousel. A côté des traditionnels colverts, chipeaux et sarcelles d’hiver, un jeune Canard mandarin apporte une note d’exotisme. Je scrute les berges mais ne trouve que deux Chevaliers guignettes, quelques Bergeronnettes grises et une Bergeronnette des ruisseaux. Ici aussi, le Martin-pêcheur crie sans cesse au pied de l’affût … Depuis ce matin, les apparitions du Balbuzard pêcheur ont été nombreuses. En vol, en pêche, ou posés sur des piquets, ils sont partout ! Inutile de chercher !

Encore une petite heure d’observation. Y a-t-il de nouveaux venus sur l’île ? Deux Combattants variés y cheminent côte à côte et la différence de gabarit entre les deux individus est effectivement remarquable. Pattes nettement plus jaunes chez l’un d’eux également. Un peu plus loin, un troisième oiseau picore dans l’eau. Pas mal ! A ses côtés, un Etourneau sansonnet joliment moucheté et une Bécassine des Marais. Puis, tout le petit peuple de l’île se soulève de concert dans une même envolée … Rideau !

Anne

Plumes naturalistes...


 

Site Created by: AGILOG

Electrabel est le sponsor principal de l’Aquascope Virelles

©2006 Virelles Nature Asbl