HOME PAGE

 

 AGENDA     

 

AQUASCOPE   

 

ACCES

CONTACT

 FR

 NL

 EN
 
   
   
   

ETANG

»

Histoire

»

Nature

»

Calendrier Nature

»

Chroniques du Conservateur

»

Protection

 

 

ACTIVITES

»

Visiter l'Aquascope

»

Agenda

»

Expositions

»

Aubes sauvages

»

Visiter la réserve

»

Promenades nature

»

Sentier Contemplatif

»

Animations Scolaires
» Classes Vertes ou Bleues
» Projets d'écoles

»

Stages Nature

»

Formations/Conférences
 

 

Notre hôpital pour oiseaux et mammifères

 

 

DIVERS

» Qui sommes nous

»

Galerie Photos

»

Stagiaires / Emploi
» Taverne
» Boutique
» Hébergement

»

Newsletter

»

Liens

»

Sponsors
 

Mars 2009 : Le Busard des roseaux

Origine du nom

Busard désigne à l’origine l’appel bruyant de la buse ; du latin « butire » , crier.
Par confusion, cette racine servira aussi aux busards pourtant beaucoup plus silencieux…

Description :

De la taille d’une Buse variable, le Busard des roseaux se distingue relativement aisément en vol par des ailes plus étroites et une queue plus longue. L’oiseau a l’habitude de survoler bas, les champs et les roselières, pattes pendantes…
Le dimorphisme sexuel est très marqué chez l’adulte.
Vu du dessous, le mâle présente l’extrémité des ailes noire contrastant avec la dominance pâle du reste du corps. Du dessus, trois couleurs dominent ; le noir aux extrémités de l’aile, le gris au milieu et le brun aux alentours du dos. La queue est grisâtre.
Femelles et jeunes se ressemblent : tête couleur paille, bandeau sombre au travers de l’œil, queue rousse et reste du corps brunâtre.

Régime alimentaire :

Ce busard est inféodé aux zones humides de basse altitude peu boisées mais pourvues d’une abondance de hautes herbacées (roseaux, scirpes, massettes,…). Depuis quelques années, l’espèce semble s’adapter quelque peu aux grandes zones de cultures céréalières et fourragères. Ces nouveaux habitats sont cependant moins providentiels au niveau de la nourriture disponible, sans compter les nombreux passages d’engins agricoles (traitements sanitaires, récoltes,…) qui bien souvent anéantissent la nichée non encore totalement émancipée.

Le nid relativement sommaire est construit au sol grâce aux matériaux trouvés aux abords immédiats. La femelle y dépose 3 à 8 œufs à intervalle d’au moins 2 jours. La couvaison débute dès le premier œuf, si bien qu’une relativement grande différence de taille sépare l’ainé du cadet qui ne survivra que si la nourriture distribuée par les parents est abondante et régulière.

Le Busard des roseaux se nourrit de petits oiseaux (essentiellement passereaux et poussins d’oiseaux aquatiques), de mammifères (campagnols, voire aussi jeunes lapins), de batraciens et d’insectes. Un régime relativement varié auquel il faut encore ajouter diverses charognes trouvées au gré des nombreuses prospections…

Présence à Virelles :

Le Busard des roseaux niche dans la plupart des pays d’Europe à l’exception des zones plus nordiques.

L’hiver, la grande majorité des individus descend le long du pourtour méditerranéen, voire plus bas sur le continent Africain.

En Wallonie, l’hivernage de l’espèce est relativement exceptionnel, tout comme la nidification où moins de 10 couples sont notés ça et là en Hainaut.

A Virelles, si l’oiseau ne niche plus depuis le début des années 80, il est cependant visible de la mi-mars aux premiers jours de novembre.
Son vol lent, calme et rasant au-dessus de la roselière vous incitera sans doute à la méditation…
 

Retour à la galerie des portraits

 

Site Created by: AGILOG

Electrabel est le sponsor principal de l’Aquascope Virelles

©2006 Virelles Nature Asbl