HOME PAGE

 

 AGENDA     

 

AQUASCOPE   

 

ACCES

CONTACT

 FR

 NL

 EN
 
   
   
   

ETANG

»

Histoire

»

Nature

»

Calendrier Nature

»

Chroniques du Conservateur

»

Protection

 

 

ACTIVITES

»

Visiter l'Aquascope

»

Agenda

»

Expositions

»

Aubes sauvages

»

Visiter la réserve

»

Promenades nature

»

Sentier Contemplatif

»

Animations Scolaires
» Classes Vertes ou Bleues
» Projets d'écoles

»

Stages Nature

»

Formations/Conférences
 

 

Notre hôpital pour oiseaux et mammifères

 

 

DIVERS

» Qui sommes nous

»

Galerie Photos

»

Stagiaires / Emploi
» Taverne
» Boutique
» Hébergement

»

Newsletter

»

Liens

»

Sponsors
 

Janvier 2008 : Le Pygargue à queue blanche

Origine du nom

Pygargue vient du grec Pygargos, signifiant à « croupion blanc »…

à queue blanche apparaît comme une répétition mais permet en fait de distinguer cette
espèce de son célèbre cousin américain dit « à tête blanche ».

Description :

Avec son envergure de près de 2,5 mètres, le Pygargue est le plus grand rapace d’Europe septentrionale.
Au vol, sa silhouette ressemble à celle des vautours : grandes ailes rectangulaires aux extrémités très digitées. La queue est entièrement blanche courte et cunéiforme (en forme de pointe).
Posé, l’adulte est brun pâle surmonté d’une tête couleur paille. L’énorme bec et les fortes pattes sont jaunes.
Les jeunes et autres subadultes sont de couleurs plus foncées, notamment l’arrière du corps qui n’apparaît jamais entièrement blanc.

Régime alimentaire :

Superprédateur, l’aigle marin comme on l’appelle aussi, s’attaque essentiellement aux poissons, de la morue marine au brochet continental. Des oiseaux, essentiellement canards mais aussi mouettes, hérons,… et plus rarement divers mammifères, renards, lapins,… (voire même jeunes phoques !!) composent aussi ses tableaux de chasse.
L’hiver, la moindre carcasse gisant sur la glace est systématiquement ramassée, justifiant ainsi le rôle salutaire de cette espèce dans le court-circuitage des épidémies et autres maladies…

Présence à Virelles :

Ce géant niche dans le nord et l’est de l’Europe, essentiellement en Norvège où près de 2.000 couples sont actuellement dénombrés. Le nid est placé haut sur une falaise ou un arbre mais toujours à proximité de l’eau.

Si l’espèce a autrefois fortement souffert des persécutions par le tir, le piégeage et l’empoisonnement, la protection totale dont elle bénéficie depuis quelques décennies permet un certain redressement de ses populations et de son aire de reproduction ; le Pygargue niche à nouveau aux Pays-Bas,…

Chez nous, l’aigle de mer n’est observé que de façon tout à fait exceptionnelle. Pour la région, les quelques données de cette espèce concernent toujours des individus immatures qu’un froid prolongé a forcé à descendre quelques jours autour d’un grand plan d’eau synonyme de concentration d’oiseaux.

Du Pygargue à Virelles, un rêve pour tous les amateurs d’oiseaux !!!
 

Retour à la galerie des portraits

 

Site Created by: AGILOG

Electrabel est le sponsor principal de l’Aquascope Virelles

©2006 Virelles Nature Asbl