HOME PAGE

 

 AGENDA     

 

AQUASCOPE   

 

ACCES

CONTACT

 FR

 NL

 EN
 
   
   
   

ETANG

»

Histoire

»

Nature

»

Calendrier Nature

»

Chroniques du Conservateur

»

Protection

 

 

ACTIVITES

»

Visiter l'Aquascope

»

Agenda

»

Expositions

»

Aubes sauvages

»

Visiter la réserve

»

Promenades nature

»

Sentier Contemplatif

»

Animations Scolaires
» Classes Vertes ou Bleues
» Projets d'écoles

»

Stages Nature

»

Formations/Conférences
 

 

Notre hôpital pour oiseaux et mammifères

 

 

DIVERS

» Qui sommes nous

»

Galerie Photos

»

Stagiaires / Emploi
» Taverne
» Boutique
» Hébergement

»

Newsletter

»

Liens

»

Sponsors
 

Février 2008 : La Grande Aigrette

Origine du nom

Aigrette : Vient des grandes plumes filamenteuses typiques qui ornent le dos et le cou de cette espèce en plumage nuptial.

Description :

Cet échassier d’assez grande taille (identique à un Héron cendré) se reconnaît aisément. L’adulte apparaît entièrement blanc. Le long bec est jaune en hiver, plutôt noir au printemps et l’été.
Mâle et femelle sont identiques.
En vol, comme chez tous les hérons, le cou est replié en S.
Pour terminer, décrivons les pattes, dont les tibias virent du noir au rouge orangé en période de reproduction…

Régime alimentaire :

De grandes pattes en guise de bottes, un long cou à la détente facile et un bec effilé lui permettent sans trop de peine de harponner en eaux peu profondes petits poissons, insectes et grenouilles qui passent à sa portée. Petite délicatesse : les batraciens capturés sont préalablement et soigneusement nettoyés dans l’eau avant ingestion.
La Grande Aigrette apprécie aussi tout particulièrement les vers de terre ainsi que les rongeurs (essentiellement campagnols) qu’elle capture dans les prairies, une vraie opportuniste donc…

Présence à Virelles :

Le grand héron blanc est originaire du centre et de l’est de l’Europe (Roumanie, Bulgarie, Russie,…).

Les multiples persécutions dont l’oiseau fut autrefois victime, capture des adultes en période de reproduction pour la plumasserie destinée aux chapeliers et destruction du fait de son régime alimentaire à tendance piscivore, en avaient fait un des oiseaux les plus menacés d’Europe.

Courant des années septante et grâce aux mesures de protection dont elle bénéficie alors à travers tout le continent, un redressement progressif de ses effectifs s’amorce. Son aire de reproduction s’étend petit à petit, la Grande Aigrette est maintenant nicheuse en Allemagne, en Hollande et en France.

En Wallonie, si l’oiseau ne niche pas (encore…), l’évolution des effectifs est là aussi sensible ; à Virelles, c’est jusqu’à près de 100 individus qui ont déjà été dénombrés lors des passages migratoires d’automne. L’hiver, un tassement des effectifs est rapidement suivi d’une augmentation due à la remontée des premiers migrateurs dès février.
 

Retour à la galerie des portraits

 

Site Created by: AGILOG

Electrabel est le sponsor principal de l’Aquascope Virelles

©2006 Virelles Nature Asbl