HOME PAGE

 

 AGENDA     

 

AQUASCOPE   

 

ACCES

CONTACT

 FR

 NL

 EN
 
   
   
   

ETANG

»

Histoire

»

Nature

»

Calendrier Nature

»

Chroniques du Conservateur

»

Protection

 

 

ACTIVITES

»

Visiter l'Aquascope

»

Agenda

»

Expositions

»

Aubes sauvages

»

Visiter la réserve

»

Promenades nature

»

Sentier Contemplatif

»

Animations Scolaires
» Classes Vertes ou Bleues
» Projets d'écoles

»

Stages Nature

»

Formations/Conférences
 

 

Notre hôpital pour oiseaux et mammifères

 

 

DIVERS

» Qui sommes nous

»

Galerie Photos

»

Stagiaires / Emploi
» Taverne
» Boutique
» Hébergement

»

Newsletter

»

Liens

»

Sponsors
 

Décembre 2008 : Le Harle piette

Origine du nom

Harle est d’origine dialectale. La base h-r nous indique « pointu, hérissé » en rapport avec la huppe qui orne la tête de ce canard.
Nous retrouvons aussi cette base morphologique dans le nom héron, grand oiseau à la longue huppe…

Piette ; adjectif ayant la même origine que « pie » ; animal de couleurs noire et blanche…
 

Description :

Le mâle, comme toujours chez les canards, est d’une rare beauté… Imaginez un plumage en grande partie blanc avec du noir sur le dos et le pourtour de l’œil ; ça et là quelques fins traits noirs rehaussent si besoin la fière poitrine... Un vrai Petit Prince des neiges !!!

La femelle présente un corps entièrement gris si ce n’est une calotte rousse et une gorge blanche.


Régime alimentaire :

Piscivore par excellence, le Harle plonge et replonge sans cesse à la recherche de divers poissons dont la taille ne dépasse habituellement pas les 5 centimètres. Sa très grande dextérité lui permet même de capturer les poissons réfugiés dans les dédales de branches tombées à l’eau.
En été, ce canard plongeur se nourrit aussi d’insectes et de larves aquatiques.

Présence à Virelles :

Le piette niche sur les grands lacs forestiers scandinaves et russes où il trouvera un arbre creux propice à sa couvaison…

A l’approche de l’hiver, les oiseaux quittent progressivement la froideur de l’Europe du nord.

Entouré par la vaste forêt fagnarde, l’étang de Virelles convient relativement bien à cette espèce. En décembre, des individus s’arrêtent sur l’étang. De la rigueur de l’hiver dépendra le nombre d’oiseaux présents. Les grands froids font en effet « descendre » en nombre cette espèce dans nos contrées.
L’observation de ce superbe canard plongeur est habituellement possible jusqu’à la mi-mars.

Les coups de froid de ces dernières semaines augurent-ils de belles volées de piettes sur les divers plans d’eau régionaux ?? C’est sans doute ce qu’espèrent en secret nombre d’ornithologues…
 

Retour à la galerie des portraits

 

Site Created by: AGILOG

Electrabel est le sponsor principal de l’Aquascope Virelles

©2006 Virelles Nature Asbl