HOME PAGE

 

 AGENDA     

 

AQUASCOPE   

 

ACCES

CONTACT

 FR

 NL

 EN
 
   
   
   

ETANG

»

Histoire

»

Nature

»

Calendrier Nature

»

Chroniques du Conservateur

»

Protection

 

 

ACTIVITES

»

Visiter l'Aquascope

»

Agenda

»

Expositions

»

Aubes sauvages

»

Visiter la réserve

»

Promenades nature

»

Sentier Contemplatif

»

Animations Scolaires
» Classes Vertes ou Bleues
» Projets d'écoles

»

Stages Nature

»

Formations/Conférences
 

 

Notre hôpital pour oiseaux et mammifères

 

 

DIVERS

» Qui sommes nous

»

Galerie Photos

»

Stagiaires / Emploi
» Taverne
» Boutique
» Hébergement

»

Newsletter

»

Liens

»

Sponsors
 

Avril 2008 : Le Petit Gravelot

Origine du nom

Gravelot vient du prélatin « grève », terrain plat, couvert de gravier et de sable, longeant la mer ou les cours d’eau. Cet oiseau trouve en effet sur ce genre de substrat l’endroit idéal pour installer ses œufs.

Petit permet de distinguer cette espèce, notamment de son proche cousin le Grand Gravelot qui vit plus volontiers à la côte.

Description :

D’une taille inférieure à celle d’un étourneau, le Petit Gravelot se reconnaît aisément : dos brun clair, ventre blanc pur et larges traits noirs à la tête. Une observation plus attentive permettra de relever divers critères diagnostiques : pattes brun terne grisâtre, bec noir, collier noir et cercle orbital jaune.


Régime alimentaire :

Si le Petit Gravelot fréquente à l’origine les grèves, il s’approprie aussi de nombreux habitats de substitution tels que les carrières, gravières, bordures sèches de bassins de décantation, friches,…
Une constante cependant : un sol recouvert d’une végétation rase et éparse où il trouvera facilement sa pitance et où la femelle (à dos brun) et les œufs (mouchetés et déposés à même le sol) passeront le plus souvent inaperçus…

Cet oiseau se nourrit à vue grâce à son bec spécialement adapté pour « picorer » de petits animaux mobiles du genre coléoptères, fourmis, araignées,…
Lors de ces séances de chasse, l’oiseau démontre un tempérament nerveux et vif tout à fait typique.
En bordure de vase, ce Gravelot s’essaye aussi à la technique de la « tremblotte » : un pied vibre dans l’élément semi liquide, ce qui a pour conséquence de faire remonter les larves d’insectes, voir même l’un ou l’autre petit mollusque enfoui.


Présence à Virelles :

Le Petit Gravelot niche dans les divers pays d’Europe, à l’exception de l’Irlande et de l’Islande où les conditions météorologiques jouent notamment en sa défaveur.

Aux environs du mois de septembre, tous les individus ont entamé leur migration vers l’Afrique. C’est surtout à partir d’avril qu’ils reviendront sur le continent qui les a vu naître.

L’espèce montrant une bonne adaptation au voisinage des activités humaines, une île schisteuse fut créée sur l’étang de Virelles à partir des matériaux retirés lors des fondations de l’Aquascope. Dès 2004, les résultats se montrèrent tout à fait convaincants. Si deux couples tentèrent de s’installer, l’un des deux uniquement mena trois jeunes à l’envol, une première pour l’étang !!!
Depuis lors, c’est bon an mal an qu’un couple essaye de s’installer chaque printemps. Le spectacle alors offert est grandiose ; non seulement le mâle se lance dans des acrobaties bruyantes et vertigineuses destinées à séduire sa belle ou à impressionner un rival  mais le couple soudé et plein d’abnégation n’hésitera pas à s’attaquer aux corneilles et autres prédateurs ailés désireux de dévorer les œufs voire la nichée fraîchement éclose…

 

Retour à la galerie des portraits

 

Site Created by: AGILOG

Electrabel est le sponsor principal de l’Aquascope Virelles

©2006 Virelles Nature Asbl