HOME PAGE

 

 AGENDA     

 

AQUASCOPE   

 

ACCES

CONTACT

 FR

 NL

 EN
 
   
   
   

ETANG

»

Histoire

»

Nature

»

Calendrier Nature

»

Chroniques du Conservateur

»

Plumes naturalistes

»

Protection

 

 

ACTIVITES

»

Visiter l'Aquascope

»

Agenda

»

Expositions

»

Aubes sauvages

»

Visiter la réserve

»

Promenades nature

»

Sentier Contemplatif

»

Animations Scolaires
» Classes Vertes ou Bleues
» Projets d'écoles

»

Stages Nature

»

Formations/Conférences
 

 

Notre hôpital pour oiseaux et mammifères

 

 

DIVERS

» Qui sommes nous

»

Galerie Photos

»

Stagiaires / Emploi
» Taverne
» Boutique
» Hébergement

»

Newsletter

»

Liens

»

Sponsors
 

Agenda


 

 

Faire-part de naissance :
les cigogneaux sont nés à l'Aquascope Virelles !


Cet hiver, « nos » deux cigognes ont préféré braver le froid et la neige plutôt que de s’envoler vers les cieux plus cléments d’Afrique. Un pari risqué mais à priori réussi !

 

Fin mars, alors que le froid perdure sur nos contrées, nos deux amoureux se montrent plus démonstratifs : parades amoureuses, apport de matériaux au nid et accouplements s’enchainent pour le plus grand bonheur de leurs admirateurs. Toutes les prémices d’une nouvelle nidification sont manifestes, sur la même aire que celle occupée sans discontinuer depuis maintenant 2015 !


Ensuite, le comportement des oiseaux semble changer du tout au tout. De démonstratif, il devient discret pendant la période de couvaison. Les choses sérieuses commencent ! La femelle reste présente au nid toute la journée sauf pour se nourrir et se dégourdir un peu les ailes. Le mâle la remplace pour de brefs moments et se fait prier pour ses apparitions furtives. Il ramène au nid des proies et des brindilles pour satisfaire sa belle. Grâce aux deux partenaires, les œufs bénéficient d’une chaleur corporelle constante, indispensable pour assurer la croissance des embryons. L'alternance de belles journées ensoleillées et de périodes plus froides que nous avons connues permettra-t-elle l’éclosion des œufs ?

Fin avril, fini cette petite routine. Une soudaine activité se laisse deviner dans le nid. Le mâle fait de plus en plus d’allers et retours sur l’aire, la femelle ne tient pas en place, se met debout, se recouche constamment, elle est envahie par une soudaine envie de parfaire le nid, de l’étoffer un peu pour l’arrivée des oisillons.

Dès les premiers jours de mai, plus de doute possible ! Au minimum deux jeunes cigogneaux pointent le bout de leur bec hors du nid. Les parents prennent leur rôle de nourrissage très à cœur et se relayent pour régurgiter les aliments dans le nid afin de nourrir les cigogneaux. Combien sont-ils exactement ?

Selon la météo, ils restent cachés sous les ailes et les plumes protectrices des adultes quelques jours encore dans la cuvette du nid. Par la suite, ils soumettront leurs parents à rude épreuve car ils grandiront vite et exigeront beaucoup de nourriture pour assurer leur croissance.
Mi-mai, c’est non pas deux mais trois jeunes qui sont dénombrés… Nous ne sommes pas au bout de nos surprises, c’est finalement QUATRE bébés qui réclament à tout va !!! Si tout se passe bien, les petits resteront encore 4 semaines au nid.
Suivre leur évolution va être très amusant : les voir grandir, assister à leurs premiers essais d’envol… avant le grand départ en août. Cap sur l’Afrique ! Espérons-le !

 


Afin de faire connaître cette espèce au plus grand nombre, l’Aquascope Virelles organise chaque jour des séances d’observation.

Durant ces permanences, des animateurs spécialisés commenteront cette nidification exceptionnelle et répondront à toutes vos questions. De plus, un matériel optique de grande qualité sera mis à disposition pour permettre à chacun de pénétrer dans l’intimité d’une famille de Cigogne blanche sans les déranger. Le dévouement des parents envers leurs jeunes constitue un spectacle émouvant et passionnant qu’il ne faut pas manquer !

 


Vous voulez en savoir plus sur ce bel oiseau blanc et l’histoire de cette nidification ? Que mangent-ils ? En quoi l’étang et ses environs répondent-ils aux besoins de cette espèce ? Quels sont les dangers qui menacent les juvéniles ? Reviendront-ils l’année prochaine ? Nous répondrons à toutes ces questions et à bien d’autres encore, tout en observant le comportement des jeunes et des adultes.


Rappelons que cette nidification présente un caractère exceptionnel en Wallonie, puisqu’il s’agit du seul couple nicheur à l’état sauvage dans notre région. Hormis Virelles en 2016 et 2017, la dernière nidification réussie en Wallonie dans ces mêmes conditions date de 2007, c’est dire si l’envol des jeunes est attendu avec impatience.

 

 

 


 

 

Belles,
intrigantes
et tellement passionnantes !

Une journée à la découverte des libellules
et autres demoiselles des marais !




L’étang de Virelles et ses zones humides alentour sont reconnus comme des sites d’accueil majeurs pour de nombreuses espèces de libellules. Bon an mal an, c’est une quarantaine d’espèces d’Odonates (dont quelques raretés nationales !) qui les fréquentent. De quoi disposer d’un éventail suffisamment large pour explorer de long en large la clé de détermination !


Les libellules sont relativement exigeantes quant à la qualité des habitats nécessaires à leur développement. Ce groupe est grandement utile pour mesurer l'état de conservation des zones humides ; pas une étude d'incidence qui ne tienne compte de ces fabuleux bio-indicateurs.

Voilà pourquoi Virelles Nature lance une formation d’une ou deux journées où théorie et exercices pratiques permettront aux participants d'acquérir rapidement et en douceur les bases et techniques nécessaires pour devenir autonomes et incollables en matière de libellules !

Cette formation s'adresse non seulement aux étudiants en biologie, sylviculture et autres candidats Guide-Nature, mais aussi à toute personne intéressée par les matières naturalistes.

Au programme : introduction à la systématique, utilisation d'une clef de détermination, exercices pratiques et relevés sur le terrain. Visites de la réserve naturelle et autres habitats humides remarquables à pied et, en fonction des conditions, en canoë. Intérêt de la photographie numérique pour la détermination d'espèces « délicates » et difficilement capturables. Sans oublier la récolte pour la détermination à partir d’exuvies (dernière mue des larves) et les conseils pour des habitats libellules admises.


Détail des journées :

Lundi 9 juillet et/ou Jeudi 19 juillet : de 10h00 à 17h00


Formateur : Simon Demesse, Sébastien Pierret

Introduction théorique à la systématique et à l’écologie des Odonates et exercices pratiques de détermination à partir d'une clef dichotomique dans la Réserve Naturelle Agréée de l’étang de Virelles.

Exercices pratiques de détermination via un inventaire Odonates sur le site et aux abords de l’étang de Virelles.

Pour terminer, une introduction aux exuvies (biologie, caractéristiques et intérêts), récoltes et exercices de détermination seront proposés aux participants.


En pratique :
Prix : 18 euros par jour.
Matériel à emporter : Prévoir obligatoirement des bottes, une loupe (10x), un calepin de notes et un pique-nique. Appareil photo de type bridge et paire de jumelles (facultatif)
Inscriptions : nombre de places limité à 15 personnes - Participation possible à partir de 15 ans
Réservation obligatoire : cliquez ici

RDV et début des activités à l’Aquascope Virelles

 

 

 


 

Discrets
mais magnifiques !

Entrez dans le monde méconnu des papillons de nuit



Les papillons de nuit sont en général considérés comme des insectes « tout moche », gris ou noirs, sans réel intérêt esthétique, mais détrompez-vous ! Il existe parmi ce large panel d’espèces des papillons tout aussi colorés et jolis que leurs congénères diurnes, et en plus, ils comptent 20 fois plus d’espèces (2300 en Belgique contre une centaine) !

L’étang de Virelles présente de nombreux milieux favorables au développement des papillons de nuit. De plus, ce groupe étant d’une diversité très impressionnante, nul doute que de nombreuses espèces seront au rendez-vous !

Voilà pourquoi Virelles Nature lance une initiation d'une ou deux journées afin de vous faire découvrir ces beautés nocturnes et apprendre à reconnaitre les principaux groupes.

Cette formation s'adresse non seulement aux étudiants en biologie, sylviculture et autres candidats Guide-Nature, mais aussi à toute personne intéressée par les matières naturalistes, les beautés que nous offre la nature, …

Au programme : Introduction à la systématique et utilisation de guides de détermination. Installation du matériel de chasse. Observation des papillons de nuit et autres insectes attirés par la lumière. Intérêt de la photographie numérique pour la détermination d'espèces difficiles à reconnaitre.


Détail des journées :

Mercredi 11 et/ou Mardi 17 juillet : de 21h30 à 2h00 (voir jusqu’à 4h pour les plus téméraires)

Formateur :
Simon Demesse, Sébastien Pierret

Introduction à la systématique et à l’écologie des papillons de nuit. Installation du drap de chasse et de la lampe UV. Détermination des espèces rencontrées.

En pratique :
Prix : 10 euros par jour.
Matériel à emporter : les bottes ne sont pas nécessaires, tout au plus il peut être utile d’amener un calepin et de l’anti moustique pour les plus prévoyants !
Inscriptions : nombre de places limité à 15 personnes - Participation possible à partir de 15 ans
Réservation obligatoire : cliquez ici

RDV et début des activités à l’Aquascope Virelles

 

 

 


 

 

Les dimanches au jardin de Millepertuis…


Chaque dimanche, un(e) passionné(e) des plantes sauvages vous accueille à la Maison des Plantes pour vous faire découvrir les plantes et leurs usages !

Dans ce petit coin chaleureux et verdoyant au bout de l’étang, vous pourrez déguster une tisane de fleurs sauvages ou un sirop sauvage « maison », consulter la bibliothèque ethnobotanique et, bien sûr, visiter le Jardin de Millepertuis, un jardin intimiste et poétique qui vous invite à déambuler parmi nos étonnantes plantes compagnes. Vous y découvrirez les usages médicinaux, comestibles et utilitaires des plantes sauvages grâce à la richesse de la mémoire vivante locale.

Un lieu à visiter … où il fait bon s’arrêter, s’informer, s’émerveiller !

Quand ? les derniers dimanches de mai et juin, et tous les dimanches de l’été de 10h à 17h

Accès ? La Maison des Plantes et le Jardin de Millepertuis sont accessibles par l’entrée principale de l’Aquascope et leur visite est comprise dans le prix d’entrée de l’Aquascope.

Visite de groupe ? Si vous désirez une visite de groupe du jardin (avec en option un atelier), contactez-nous ! Un guide peut vous accompagner n’importe quel jour de la semaine, sur rendez-vous.

Au plaisir de vous y rencontrer et d’échanger avec vous sur le monde fascinant de nos végétaux !

 

Retour

 

 

 

 

 

 

Les samedi 04 et dimanche 05 août 2018 :

Devine, qui papillonne à Virelles ?


L’Aquascope Virelles s’associe à Natagora pour la 12ème grande opération de recensement des papillons. Une occasion de s’attarder sur les différentes espèces qui papillonnent sur les fleurs de nos jardins. Vous allez être étonnés de la diversité !

Vos observations sont précieuses car elles permettront d’étudier le statut et l’évolution des espèces de papillons. Jusqu’à 33 espèces ont été recensées lors des opérations précédentes.

Il n’est pas nécessaire d’être un spécialiste des papillons, l’opération est à la portée de toutes et tous ! Les enfants sont bien sûr les bienvenus ! Nos guides s’adapteront sans problème au public…

Vous deviendrez ainsi un observateur actif des populations de papillons des jardins et prés fleuris, vous participerez à une meilleure connaissance de la nature et vous découvrirez les richesses de nos espaces verts ! Une journée aussi pour découvrir ce l'on peut faire chez soi pour mieux les accueillir (plantes hôtes,...) et pour évoquer la conservation de la nature au quotidien. Sans oublier quelques exemples de protection sur des sites remarquables dans le cadre du programme Européen Life Prairies bocagères !


En balade !


Au programme : Initiation au monde des papillons, identification sur le terrain, conseils pratiques pour attirer les papillons chez soi...

Quand ? Les samedi 4 et dimanche 5 août 2018 à 13h30 et à 15h

Durée : 1 heure

Animateur : Simon Demesse (et Sébastien Pierret)

Prix : Animations gratuites pour les visiteurs de l'Aquascope, moyennant paiement du droit d'entrée, et pour les détenteurs d'un abonnement.
 

 

 

 


 

 

 

Dimanche 19 août 2018 : Fête du Miel et de la Nature


Partez au rucher de l’Aquascope à la découverte du monde fascinant des abeilles. Enfilez l’habit d’apiculteur, pénétrez au cœur de la ruche et cherchez la reine qui se cache parmi les ouvrières. Goûtez aux différents miels ou au fameux hydromel.

Flânez ensuite sur les berges de l’étang : nous prévoyons de multiples activités pour toute la famille ! Notre traditionnel grand rendez-vous du mois d’août sera plus ludique et plus familial que jamais : théâtre de rue, jeux en bois et bien sûr animations nature. La rive sud de l’étang ne sera que moments de joie, de plaisir et de découvertes. Une occasion unique de réunir petits et grands pour une journée passionnante !

 

Programme de la journée à confirmer

 

Prix : droit d'entrée habituel à l'Aquascope 7,5€/adulte –  4,5€/enfant (6-12 ans)

 

 

 

L’abeille noire, troisième sentinelle Slow Food en Belgique !

Le mouvement Slow Food agit pour la préservation des préparations gastronomiques locales, des variétés de fruits et légumes ainsi que des races animales en voie d’extinction. Pour Slow Food, un aliment doit être bon, propre (respecter la nature) et juste (rémunérer équitablement le producteur).

L’abeille noire correspond aux valeurs de Slow Food : rustique et frugale, adaptée à notre climat et à notre flore, notre abeille indigène est la seule à permettre la pratique de l’apiculture en harmonie avec la nature. Cette abeille est malmenée par une vision intensive de l’apiculture ayant amené de nombreux apiculteurs à travailler avec des races importées, ce qui entraîne la disparition de l’abeille locale.

Pour promouvoir l’abeille noire auprès des consommateurs et valoriser les apiculteurs qui élèvent cette abeille, l’ASBL Mellifica et Slow Food ont créé en 2016 la Sentinelle Slow Food «abeille noire belge ».

 

 

 

 

Retour

 

 


 


 

 

8 et 9 septembre 2018 :

10ème Festival de l’Oiseau

Amis des oiseaux, amis de la Nature, le dixième Festival de l’Oiseau vous ouvre ses portes, à l’Aquascope Virelles, le week-end des 8 et 9 septembre prochains.

Organisé conjointement par Virelles-Nature et Natagora ce Festival se veut à la fois un salon de matériel optique, un grand rassemblement des amis de la Nature et une occasion unique de découvrir l’une des plus belles réserves naturelles du pays, l’étang de Virelles, et sa région environnante.

Laissez-vous tenter par ce grand rendez-vous naturaliste et familial, le temps d’un week-end d’automne, en pleine période de migration du Balbuzard pêcheur.

 

Voici au moins dix bonnes raisons de nous rejoindre !


Une occasion unique de découvrir l’étang de Virelles lors de balades accompagnées à travers la réserve naturelle, un parcours dépaysant entre forêt sauvage, prairies fleuries et marais

• Un oiseau passionnant en invité d’honneur : le cincle plongeur !

• Des visites de notre Centre de Revalidation, normalement fermé au public : sous la conduite enthousiaste des Soigneurs, le fonctionnement du Centre vous sera dévoilé. Vous pourrez assister en direct au nourrissage des pensionnaires et aux soins apportés aux animaux blessés. Venez notamment croiser le regard de feu d’un hibou grand-duc qui reçoit les meilleurs soins avant de retrouver un jour la liberté !

• L’occasion d’observer des oiseaux de tout près lors de démonstrations de baguage : comme l’année dernière, le martin-pêcheur sera-t-il au rendez-vous ?

• Un programme d’animations tout spécialement pour les enfants et leurs parents : pêche et identification des petites bêtes de la mare, observation des oiseaux à la longue-vue, atelier et concours photo pour les petits, visites du Jardin de Millepertuis… sans oublier de faire un détour par la plaine de jeux !

• Des moments de rencontre, de partage et de convivialité avec des artistes animaliers, photographes, peintres et illustrateurs de talent

• Des projections sur grand écran

• Des ateliers pratiques et des exposés pour progresser en photo et bénéficier de conseils utiles, de trucs et astuces de pros

• Un festival de matériel optique avec jumelles, longues-vues, accessoires et appareils photos pour tous les budgets et la possibilité d’essayer le matériel au bord de l’étang

• Une boutique nature avec des livres pour tous, enfants, familles et naturalistes passionnés… de quoi trouver votre bonheur et vous laisser tenter !

• Une petite restauration « maison » de qualité à base de produits du terroir

• Sans oublier l’immense bonheur d’observer le râle d’eau et la timide marouette ponctuée dans le même rond de longue-vue alors que le balbuzard pêcheur s’apprête à plonger !!!


Bref, le week-end à ne pas manquer !

 

 


Programme complet du week-end à confirmer

Retour

 

 

 


 

 

 

13 et 14 octobre 2018 : Foire aux pommes

 

Faites vos provisions pour l'hiver !



L’année 2017 s'était révélée catastrophique pour beaucoup de producteurs fruitiers wallons ! Les fortes gelées du mois d’avril pendant la floraison des arbres fruitiers, suivies par la sécheresse et la chaleur, avaient entraîné d’importantes chutes de production. Une telle catastrophe ne s’était plus produite depuis 1991. Espérons que 2018 sera une toute bonne année de production !

 

Le week-end des 13 et 14 octobre, nous fêterons la pomme à Virelles , en restant fidèles à nos producteurs wallons de la Vallée mosane et de la région de Gembloux.

 

 

Des pommes et des poires, il y en aura des tonnes, d’une quarantaine de variétés différentes, à vendre, à déguster, à découvrir. Faites vos provisions avant l’hiver !

De toutes les formes, de toutes les couleurs, de tous les goûts, de quoi satisfaire le consommateur le plus difficile.
Venez aussi retrouver la saveur des fruits d’autrefois, ces variétés anciennes qui reviennent au goût du jour, par la grâce de leur résistance aux maladies, leur acclimatation aisée ou leurs qualités gustatives.

Mais la pomme, c’est également une porte ouverte vers les mille joies simples qu’offre la Nature :
planter un arbre, le voir grandir et produire, goûter ses fruits, les transformer, les cuisiner, observer les hôtes du verger… Pour en profiter pleinement, l’Aquascope Virelles vous organise ces deux journées, tout en couleurs et en saveurs, aux multiples approches.
 

Festives : ambiance marché, avec gâteaux aux pommes, rabotes, avisances, pâtes de fruits, sirops, gelées, confitures, poires au vinaigre, sanglier à la broche (le dimanche midi) et « Bar normand » : pommeau, cidre, calvados, jus tout frais pressé…

Généreuses : des milliers de kilos de pommes et poires seront proposés à la vente. Pour les grosses commandes, nous fournissons la brouette pour aider au transport.

Uniques : Avec le pressage de pommes en démonstration
et la dégustation de jus tout frais pressé


Authentiques : n’oubliez pas votre canif. Toutes les pommes peuvent être goûtées sur place.

Pratiques
: une occasion unique de commander des arbres fruitiers d’anciennes variétés et de bénéficier de conseils de spécialistes pour leur plantation. N'hésitez pas à apporter vos échantillons de fruits pour identification des variétés !

Instructives : exposition de fruits et librairie en collaboration avec les « Croqueurs de Pommes », découverte des abeilles sauvages, stands de Natagora, de l’Ecole d’Apiculture du Sud Hainaut, des Guides composteurs, présence d’un vannier, d’un tourneur sur bois de fruitiers et de producteurs locaux...

Ludiques
: les enfants ne seront pas oubliés avec un grand jeu familial en après-midi ! Qui gagnera le plus de pommes à presser ?

Tendres : un Ciné-nature rien que sur le verger et ses habitants : plusieurs films au programme pour se convaincre de l’utilité et des plaisirs cachés d’un verger.

 

 

Sanglier rôti le dimanche à partir de midi

Sanglier à la broche ou deux saucisses au barbecue avec en accompagnement pomme au four, poire au vin, airelles, chicon, pomme de terre en chemise, sauce grand veneur ou champignons des bois, pain/beurre

Pour les enfants :  Saucisse au barbecue et accompagnement


 

 

 

Vous avez dit un « bar à crêpes » ???

Quoi de plus simple qu’une crêpe ?


Et si, lors de la Foire aux pommes, elles vous étonnaient et se livraient à toutes les fantaisies de l’automne ? Pour les amateurs de salé, les galettes de sarrasin se pareront de lardons, d’oignons et de fromage fermier. Pour les inconditionnels du sucré, nous prévoyons poire/chocolat, pomme/caramel beurre salé, confiture pomme sureau, gelée de reinette étoilée et reine des prés… Quel dilemme ! A moins que vous ne craquiez pour une frangipane poire/chocolat ou pour une tarte aux pommes et crumble ?  

Ces petites folies seront accompagnées d’un vin chaud « maison » aux agrumes et aux épices et bien sûr, les enfants n’ont pas été oubliés ! Avez-vous déjà goûté un jus de pommes chaud au miel et à la cannelle ? A tous les gourmands, le rendez-vous vous est fixé !

 

Durant tout ce week-end, nous vous proposons un accès GRATUIT au site !

Activités proposées à partir de 10h

 

 

Retour

 

 

 


 

 

A partir du 27 octobre 2018 : Vidange de l'étang

 

Découvrez un paysage étrange qui n’apparaît que tous les trois ans …

…l’étang de Virelles vidé de ses eaux, dès la fin du mois d’octobre !

Pour ne pas en perdre une goutte… rejoignez-nous dès le 27 octobre pour assister à la pêche au filet

et ne manquez pas la « Fête du poisson » les 3 et 4 novembre !

 

A Virelles, près de Chimay, l’arrivée de l’automne est comme partout ailleurs marquée par un abaissement de la température, l’apparition de couleurs chaudes, du jaune d’or au rouge vif, la chute des feuilles et la formation de tapis craquants dans les sous-bois, l’apparition des noisettes et des châtaignes….

Mais cette année, l’automne sera également marqué par une modification radicale du paysage.


En effet, dès la fin octobre, les gestionnaires de ce plan d’eau mis en réserve naturelle procéderont à une vidange, action de gestion qui n’a lieu que tous les trois ans. Les planches du déversoir seront levées et l’étang se videra dans l’Eau Blanche qui emmènera ses eaux jusqu’à la mer, par le Viroin puis la Meuse.

Apparaîtront alors de larges plages de schiste et de vase qui lui donneront un visage tout à fait particulier, unique, intrigant… Les oiseaux ne s’y trompent pas… Dès les prémisses de la baisse des eaux, les grands cormorans, hérons cendrés et grandes aigrettes se rencontrent en masse le long des vastes berges de l’étang. Chacun espère l’un ou l’autre poisson pour appréhender au mieux la rigueur de l’hiver à venir.

Les limicoles, « habitants de la vase », grands gravelots, bécassines des marais, chevaliers culblancs, bécasseaux variables et courlis cendrés, s’attardent en masse dans l’élément semi liquide. Chacun utilise au mieux son bec et ses pattes pour ramasser, scruter, sonder et se déplacer dans la vase à la recherche de l’une ou l’autre petite bestiole des fonds progressivement découverts. Les mouettes et goélands se comptent par centaines. Leur festin: les restes des autres… Pour les connaisseurs, des petits passereaux en provenance des montagnes et hautes vallées d’Europe, tel le pipit spioncelle, profitent du gîte offert par la roselière et du couvert sur les vasières. Le tout dans un brouhaha impressionnant ! Certains jours, on se croirait le long des côtes : « Virelles on the beach ! »

Les poissons, quant à eux, se rassemblent dans une immense poche d’eau reliée au déversoir par un long chenal. Pour les gestionnaires de la réserve, il ne reste alors plus qu’à donner de spectaculaires coups de filet pour extraire les 10 à 17 tonnes de brochets, perches, carpes, gardons, rotengles, tanches… Le produit de la pêche est pour la plupart vendu à des pisciculteurs, propriétaires d’étangs, simples particuliers et restaurateurs. Une faible partie est utilisée pour le rempoissonnement de l’étang l’année suivante.

A l’instar de certains autres milieux de la réserve naturelle, l’étang doit en effet être géré. Après quelques années sans vidange, les populations de poissons présentes ont vieilli et atteignent souvent des dimensions qui peuvent mettre en péril le fragile équilibre de l’étang. Les grosses carpes « surpâturent » l’herbier aquatique. La vase est retournée de façon excessive, les eaux troubles ne laissant passer que peu de lumière… Outre la récolte du poisson, la vidange permettra de procéder pendant la mise en assec à certains travaux d’aménagement. Un assec qui laissera aussi le temps à la vase de se minéraliser et de se tasser, garantie d’une eau bien claire les années suivantes.



Pour les curieux, les familles, les classes et groupes en tous genres, des animations et visites spéciales « vidange » seront organisées au départ de l’Aquascope. Au programme : présentation du bassin versant de l’étang, explication du déroulement et des objectifs de la vidange, aquariums, visite des ouvrages de vidange et des bassins de stockage, commentaire en direct d’une pêche au filet….

 

Pour les amateurs de poisson, des ventes en gros ou au détail seront possibles tous les jours sur demande à partir du 27 octobre.

 

 


Pour ne pas en perdre une goutte… venez faire la fête aux poissons les 3 et 4 novembre !

 

Le week-end des 3 et 4 novembre, le public est convié à participer à « la Fête du poisson » :

 

 

Au programme : visites spéciales « vidange », aquariums, initiation aux poissons d’eau douce, pêche au filet commentée en direct, découverte des oiseaux de l’étang, animations culinaires pour enfants, recette de cuisine en direct, démonstrations de lever de filets de brochet et …dégustations !

 

 

Programme complet du week-end à confirmer


 

 

 


 

 

Retour

 

 

 


 

 

« Démarrer au quart de tour »


Un livre auto-publié par Cécile Ramaekers vendu au profit du Centre de Revalidation de l’Aquascope…


En voilà une idée sympa !


 

Cécile a toujours aimé écrire. Sa passion pour l’observation des animaux sauvages, et principalement pour les oiseaux, est venue un peu plus tard, à l’âge adulte. L’écriture est pour elle le moyen de partager ses petits instants « nature » qu’elle affectionne.

Le fait d’écrire pour les enfants a été comme une évidence. Son style est simple sans être simpliste, léger et enthousiaste. Il y a beaucoup d’émotions dans ses textes, textes qui hébergent le temps de la lecture, la vie trépidante et incroyable de nos amis les animaux.

Dans ce recueil, son troisième dans le genre, il y en a pour tous les goûts et tous les âges. En effet, dans ce livre, Cécile explique comment elle est arrivée à écrire ses histoires. Il ne lui faut pas grand-chose pour démarrer une aventure, fictive ou réelle, d’où le titre « Démarrer au quart de tour ».

Le livre est divisé en trois parties. La première est consacrée aux histoires nées grâce à un atelier d’écriture virtuel « Tisser les Mots », animé par Nicole. La seconde, plus petite, fait référence à la « Fabrique à Histoires » du célèbre écrivain Bernard Friot. Enfin, la troisième, est 100 % de son imagination. Cécile tient depuis quelques années un blog : Ecrimagine. C’est sur son blog qu’elle partage ses avis de lecture, mais aussi la plupart de ses textes. Intriguée et amusée par les expressions, elle a voulu nous dévoiler son univers particulier où elle donne la parole aux animaux dans cette dernière partie.

Pour chacune des 17 nouvelles, elle explique le jeu d’écriture avec ses contraintes, et dit quelques mots sur la façon dont lui sont venues les idées : un souvenir, un mot d’enfant, une balade, une seconde d’observation et la voilà qui démarre une histoire pour notre plus grand bonheur.

Tout ce petit monde a été regroupé dans les 200 pages de ce petit livre. Le mode d’impression, à la demande, permet de ne faire aucun gaspillage. Chaque commande est traitée individuellement et chaque livre est imprimé expressément sur demande.

La générosité de Cécile n’est plus à démontrer. La vente de son précédent livre a permis de réaliser, en partie, le rêve d’une enfant gravement malade. Aujourd’hui, c’est au Centre de Revalidation de l’Aquascope qu’elle veut faire un don, et nous la remercions pour ce geste d’attention.

Cécile se souvient qu’en 2001, à ses balbutiements en ornithologie, elle a rencontré sa première Marouette ponctuée à Virelles, dans notre roselière ! Cette rencontre avait été possible grâce à un guide présent dans le mirador. Les explications et l’enthousiasme de l’équipe face à cet oiseau a donné des ailes à l’ornithologue en herbe qu’elle était alors.


 

Prix de vente : 12 euros


En vente, version papier :

A l’Aquascope Virelles
A la LRBPO - Rue de Veeweyde 43-45, 1070 Anderlecht
A la Maison Liégeoise de l’Environnement – rue Fusch 3, 4000 Liège
Chez l’auteur (Chaudfontaine, Embourg) 0496/ 20 00 17
Chez l'imprimeur (vente en ligne)
 

En vente, version numérique :

Atramenta      
Amazon   
Applestore      



Pour suivre Cécile Ramaekers…
 

Blog Ecrimagine        
Facebook Ecrimagine

Facebook Cécile Ramaekers
               
       
 

 



 

Retour

 

 

 

 

 


 

 

 

Les recettes de la Balade Gourmande 2015

 

en cliquant ici

 


Les recettes de la Balade Gourmande 2014

 

en cliquant ici

 

 


 

Les recettes de la Balade Gourmande 2013

 

en cliquant ici

 

 


 

Les recettes de la Balade gourmande 2012

en cliquant ici

 


 

 

Péchés de gourmandise… les meilleures recettes de la Foire aux pommes 2011 !

Quoi de plus simple qu’une compote et un vin chaud ? Et si, pourtant, nos recettes vous étonnaient et se livraient à toutes les fantaisies de l’automne ? Des pommes… des poires… mais aussi du potimarron, des figues, des abricots secs tout dorés, des amandes et quelques noisettes grillées!

Nous vous livrons, comme promis, les meilleures recettes de la Foire aux pommes !
Faites-vous plaisir en cliquant ici !
 

 

 


 

 

 

Virelles-Nature lauréat 2012 du prestigieux concours Inbev-Baillet Latour pour l'Environnement


Le diplôme d'honneur du prestigieux concours Inbev-Baillet Latour pour l'Environnement a été décerné par la Fondation Wallonne pour la Conservation des Habitats à Virelles-Nature pour son projet intitulé : « La gestion de la grande roselière de Virelles et de ses abords : défis et réussites dans un contexte de développement durable ».

La grande roselière de Virelles est d’un intérêt biologique majeur à l’échelle de la Wallonie, tant en raison de sa superficie que du nombre d’espèces rares qu’elle abrite. Depuis plus de 20 ans, elle fait l’objet d’une gestion rigoureuse pour lutter contre le reboisement et l’atterrissement qui la menacent. D’abord manuelle, cette gestion se mécanise petit à petit pour répondre à de nouveaux défis. Aujourd’hui, c’est la production de pellets de roseaux qui est visée pour diminuer l’empreinte écologique et la facture énergétique de Virelles-Nature.

En savoir plus .....
 


 

Biodiversité des saveurs…
une balade maraudeuse à Lompret

La promenade ? Une détente en famille ou en rêveur solitaire. Une activité de plein air, une récréation mais aussi une découverte de paysages, de nature, de culture et d’histoire.

C’est encore la découverte de ressources alimentaires parfois oubliées que nous offre la nature par l’intermédiaire de ses fruits. Des fruits sauvages comme la cornouille ou la prunelle, la mûre ou la framboise, la myrtille ou la faîne… Mais aussi la redécouverte des fruits cultivés dans la tradition de nos anciens vergers régionaux. La biodiversité est également présente dans les variétés découvertes, améliorées et multipliées patiemment au cours des siècles passés par des générations de naturalistes avant l’heure. Que seraient nos vergers sans leurs Gueules de Mouton ou Belles Fleurs à Large Mouche, leurs Reinettes étoilées ou leurs Rambours de toutes sortes, leurs nèfles et leurs poires à cuire ? Que seraient nos paysages sans leurs bocages, leurs arbres têtards, leurs haies et leurs vergers de plein vent, qui couvent et protègent tant d’espèces animales et végétales inféodées à ces milieux ? Observez aussi la beauté de ces vieux poiriers palissés qui garnissent les pignons de nos vielles bâtisses.

L’objectif de cette initiative est multiple : faire prendre conscience aux randonneurs du nombre de variétés sauvages et comestibles couramment croisées lors de promenades, donner des trucs et astuces pour les utiliser, assurer la pérennité de l’action en y intégrant l’école de Lompret et les habitants…

Une collaboration originale s’est ainsi développée à Lompret pour baliser une « balade fruitière » que nous vous invitons à découvrir. Dans le cadre du volet « bonnes pratiques environnementales » du GAL de la Botte du Hainaut, une collaboration s’est vite mise en place entre le PCDN de la Ville de Chimay, Virelles-Nature et l’élevage de la Petite Suisse, qui restaure des terres abandonnées ou en friches à des fins de pâturage sur ce village.

C’est un projet qui s’est voulu citoyen, et l’école, entre autres, a été impliquée dans les travaux de plantation ou d’entretien et un suivi pédagogique sera induit au projet. C’est donc sur le mur de l’école que se trouve le panneau explicatif de départ pour la balade.

Ce sont près de 50 fruitiers de plein vent et de nombreux buissons qui ont ainsi été plantés à différents endroits du circuit. Les variétés fruitières comestibles et sauvages ont été identifiées et des conseils d’utilisation sont proposés. Les variétés plantées ont été choisies parmi les variétés préconisées par Gembloux (CRA-W) ou selon des critères régionaux.

Découvrons ensemble les sites aménagés…

Un terrain appartenant au MET, jouxtant la route de Baileux, a reçu 6 pommiers. En descendant vers l’Eau Blanche, un ancien verger, « le verger de Marie » a complètement été dégagé, restauré et replanté. De là, un sentier forestier remonte vers le cimetière. Du cimetière vers la route, d’anciens pommiers de plein vent jouxtaient le chemin. De nombreux arbres manquaient et ont été remplacés (11 pommiers) et les plus anciens ont reçu une petite taille douce de sauvegarde. Pour redescendre vers le village, on emprunte une ancienne drève bordée de 36 tilleuls têtards déjà renseignés sur la carte de Ferraris qui date de 1780 ! Ces arbres font l’objet d’un nouveau projet du PCDN pour assurer l’entretien et la restauration de cette drève dès l’hiver prochain. Ce site faisait anciennement partie du château de Lompret.
En repassant le pont, on frôle une entrée de grotte actuellement fermée d’une grille afin de protéger la colonie de chauves-souris qui y trouve refuge. Avant les investissements de protection, celles-ci avaient pratiquement disparu du site. Une belle réussite aussi !

Une longue et belle remontée forestière vers le bois de Blaimont nous fait découvrir deux particularités locales : la cabane du Père Paul, qui y a vécu en ermite une grande partie de sa vie, puis plus haut ce que l’on appelle des « Pérris ». Ce sont d’anciens lieux laissés aux habitants afin que ceux-ci puissent y cultiver à leur guise légumes et plantes aromatiques mais aussi souvent du seigle. Ces terres étaient dégagées des nombreuses pierres qui encombraient le sol. Elles étaient entassées en murets pour délimiter les parcelles. Ces murets sont maintenant les seuls repères, souvenirs de ces anciennes pratiques, décrites par Mr André Galoux.

En sortant du bois, laissons le Bois de Blaimont sur notre gauche et empruntons le chemin de Montignies, qui redescend à Lompret. Ce chemin encaissé et bordé de haies sauvages a fait l’objet de plusieurs aménagements : entretien de la haie et plantation de parcelles disponibles d’arbres de plein vent. La haie a aussi été complétée de variétés fruitières diverses comme le cornouiller, la nèfle, le coing, l’amélanchier… Les promeneurs découvriront en redescendant que le Blanc Bleu Belge n’est pas la seule vache à profiter de nos prairies. Les Charolaises, Angus, Aubrac et Bazardaises vous étonneront par leur aisance en terrain parfois très pentu et difficile.

Nous espérons que votre promenade vous aura ainsi permis d’oublier la pomme Jonagold et la vache Blanc Bleu Belge… qui contribuent à banaliser les saveurs de notre siècle !

Alors que ce projet vient à peine de se terminer, les acteurs fourmillent déjà d’autres idées à greffer sur ce parcours pour diversifier et compléter ce thème. Alors promenez-vous, admirez ces anciens vergers restaurés, ces nouvelles plantations de variétés fruitières traditionnelles, baissez-vous ou étirez-vous pour récolter…et régalez-vous au passage car la maraude est souhaitée !

Point de départ : école communale de Lompret - Courtil aux Martias, 20 - 6463 Lompret

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 


 


 

« Délices bio, bien de chez nous ! »

 

En juin 2011 et 2012, l'Aquascope Virelles a organisé un repas gastronomique bio pour près de 120 personnes. Une vraie réussite tant au niveau du nombre de participants que du contenu des assiettes.

 

Si vous souhaitez acheter du bio bien de chez nous, n'hésitez pas à contacter les producteurs suivants :

 

Fromages :


El Cinse à Bèdots : Salvina et Philippe Bodson gèrent un élevage ovin de petite taille à la Redoute, un quartier à la périphérie de Cerfontaine. Le troupeau, constitué de 25 brebis laitières, fournit la matière première nécessaire à la fabrication de la TOMME DE L'EAU D'HEURE, un fromage au lait cru, à pâte dure et à croûte non lavée, affiné en cave pendant 1 à 8 mois. C'est la flore microscopique naturellement présente dans la cave qui lui confère son goût caractéristique. Produit vivant, la Tomme de l'Eau d'Heure évolue différemment selon les saisons. Son goût se décline alors en de multiples nuances qui renouvelleront sans cesse le plaisir du palais. Outre la Tomme de l’Eau d’Heure, vous trouverez à l’Cinse à Bèdots de la ricotta et différents fromages frais.
Depuis leur installation en 2002, Salvina et Philippe Bodson ont à cœur d'offrir à leur clientèle un produit sain et naturel. En 2005, soucieux de progresser dans cette voie, ils ont entrepris la reconversion de leur exploitation vers l'agriculture biologique et leurs produits sont maintenant certifiés biologiques (système de contrôle CE - contrôle Certisys BE 1)
El Cinse à bèdots - Rue de la Redoute 5 - 5630 Cerfontaine
071/ 59 41 16 - el.cinse.a.bedots@skynet.be

 

 

 

 

 

 

Ferme de Jambjoule : Valérie Calicis et Bernard Convié vivent sur une petite ferme herbagère de la Famenne namuroise, non loin de la Lesse, sur la commune de Rochefort. Ils y pratiquent l'élevage de vaches laitières et de brebis, selon les principes de l'agriculture biologique. Ils produisent principalement une large gamme de produits laitiers au lait de vache : fromages affinés, fromages frais, beurre, crème fraîche et yaourts. Ils proposent également des œufs et des colis de viande de bœuf, de veau, de porc et d’agneau. Ils tentent de vivre au quotidien les principes de l'agriculture paysanne et essaient de maintenir et développer la biodiversité tout en visant des objectifs de production viables.
FERME DE JAMBJOULE - rue de Jambjoule, 2 - 5580 Villers-sur-Lesse
084/ 38 78 39      jambjoule@skynet.be      www.jambjoule.be

 

 

 

 

 



Le Chèvre-Feuille : Cette exploitation se situe à Haillot, au cœur d'une nature sauvage et étonnante. Ce territoire situé en zone agricole marque fortement la qualité et la typicité des fromages qui y sont produits. C'est un gage de qualité pour l'alimentation des chèvres mais c'est aussi une qualité de vie à laquelle Kathy Lanckriet et Michel Hausse sont attachés. Tous leurs fromages de chèvre sont fabriqués à la ferme en respectant une méthode traditionnelle. Actuellement, leur cheptel se compose de 60 chèvres de race alpine, de 3 boucs et d’une vingtaine de chevrettes de renouvellement. La plupart de leurs animaux naissent à la ferme de début février à la mi-avril. Toujours dans une démarche de qualité et de respect, Kathy et Michel sortent leurs chèvres tous les jours en pâturage, hors temps de neige et de pluie. Ils proposent une large gamme de fromages au lait cru (nature, aromatisés, maquées, tommes, féta…) mais aussi des yaourts, des poulets fermiers, de la viande de porc et de chevreau. L’exploitation s’est convertie au bio au début de l’année 2011.
Le Chèvre-Feuille - Voie des gérons, 258 - 5351 Haillot
0476 35 37 28         chevrefeuilles@gmail.com         www.chevre-feuille.be

 

 

 

 


Légumes et fruits :
 

Ferme du Montaval : Après cinq années de maraîchage à la Ferme de Vévy Wéron à Wépion, Laurence et David Duchêne se sont installés dans un petit coin de verdure dans la région de Cerfontaine-Philippeville. Chaque semaine ils réalisent des paniers de légumes bio de saison et de production locale. Une bonne moitié des légumes proposés sont cultivés chez eux à Senzeilles, 40% viennent de collègues locaux avec qui ils échangent leurs produits et 10% viennent de pays limitrophes (surtout en hiver pour diversifier la palette des légumes proposés). Les produits sont tous issus de la culture biologique ou biodynamique contrôlée (Certisys, Demeter, ...). Leurs paniers sont des paniers "surprise" dont le contenu n'est pas connu à l'avance. En plus d'une base classique (carottes, poireaux, choux, ...), Laurence et David proposent, selon les saisons, des variétés anciennes de légumes souvent méconnus (panais, topinambours, chou rave, tétragone, ...). Ils sont aussi présents sur les marchés de Louvain-la-Neuve et La Plante (Namur). Leur magasin à la ferme vous accueille tous les mardis et les samedis, avec en plus d’une gamme de fruits et légumes bio, une belle palette de produits.
La Ferme du Montaval - Rue de la Tannerie 225 - 5630 Senzeilles
071/ 333 159 info@montaval.be www.montaval.be


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ferme de Malapaire : Située dans le sud de la Botte du Hainaut, à Forge-Philippe, la Ferme de Malapaire profite des bienfaits des terres fagnardes et ardennaises. Le sol humide, bien drainé, se réchauffant vite au soleil, est favorable pour la culture de légumes. C’est dans ce petit coin tranquille que François Jacquet a décidé de démarrer une activité visant à produire et à distribuer des paniers de fruits et légumes bio en direct au consommateur. Avec l’aide de sa famille, François met tout en œuvre afin d’offrir des produits riches en goût associant plaisir de manger et respect de l’environnement. Il produit plus de 40 légumes différents ! En outre des légumes traditionnels, tels que les poireaux, laitues, tomates, potirons, carottes, oignons, pommes-de-terre et compagnie, la ferme cultive également quelques légumes dit « de saveur oubliée », comme le panais, le chou rave, le pâtisson…
Nature & Saveurs - Ferme de Malapaire sprl - Thierry Jacquet & Fils
Rue des Fosses 3 - 6596 Forge-Philippe
060/21.41.11 - natureetsaveurs@hotmail.com – www.natureetsaveurs.be

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ferme de Bellevue : En 1998, Denis Clause reprend la ferme familiale située à Castillon. L’exploitation se tourne vers l’agriculture biologique il y a 5 ans. Cet élevage bovin fonctionne sur le principe de l’autosuffisance, les cultures servant à l’alimentation des bovins laitiers. Denis Clause produit lait entier et fromage blanc mais aussi poulets et pommes-de-terre. Ses produits sont commercialisés en vente directe et il envisage d’étendre prochainement sa production laitière.
Ferme de Bellevue – Denis Clause – rue de Clermont, 9 – 5650 Castillon
071/63.30.75

 

 

 

 


Volailles et oeufs :
 

Coq des Prés : Le Coq des Prés, ce sont 27 aviculteurs passionnés par leur métier, fiers depuis 2010 de vous offrir cette volaille en direct grâce à une association d’éleveurs indépendants, COPROBEL. Le Coq des Prés ? Un poulet de campagne bio produit près de chez vous ! Avec 4 points forts : le bon goût et l’amour de la gastronomie, la force du terroir, la proximité du consommateur et un cahier des charges européen bio contrôlé. Dans la Botte du Hainaut, deux éleveurs participent à la production de ce produit de qualité : Benoît Vaessen à Saint Remy et Christian Guiot à Sivry.
Coq des Prés - Rue Dieu le Garde 6A - 4280 Hannut
019/51.40.09 - info@coqdespres.be – www.coqdespres.be
Benoît Vaessen 060/21.18.78 et Christian Guiot 060/21.93.84

 

 

 

 

 

Ferme de Manensart : La Ferme de Manensart, située à Froidchapelle, à 1 Km des Lacs de l’Eau d’Heure, est une ferme bio de type mixte, avec un élevage de bovins limousins, de poules pondeuses et de cultures bio. Benoît et Anne Françoise D’Halluin y ont débuté leurs activités en 1998. Ils mettent également à la disposition des touristes et groupes de la région un gîte de grande capacité (32 pers.)
Benoît et Anne Françoise D’Halluin-Debilde - Ferme de Manensart, 5 – 6440 Vergnies
060/41.10.41 – info@ferme-de-manensart.com – www. ferme-de-manensart.com

 

 

 

Pâté de porc :


Coprobio : La mission de Coprosain est de promouvoir une alimentation de qualité tant pour la santé des consommateurs et pour le plaisir du goût que pour aider ses producteurs à commercialiser leurs produits de qualité. A cet effet, Coprosain développe ses actions autour de 3 axes prioritaires : le respect du consommateur, le lien étroit avec les producteurs et la priorité aux artisans du goût. Depuis 1998, dans le but d’aider les quelques producteurs en agriculture biologique de la région, Coprosain a développé une diversification supplémentaire avec la transformation et la commercialisation des produits en viandes et en charcuteries issues de l'agriculture biologique. Il fallut créer une appellation différente pour séparer les 2 types de viandes chez Coprosain : c'est ainsi qu'est né Coprobio (Commercialisation de produits biologiques). Les viandes et charcuteries bio sont commercialisées sur des points de vente bien spécifiques.
Coprosain - Chemin des Peupliers, 24 - 7800 Ath
068 / 26 93 80 - info@coprosain.be – www.coprosain.be

 

 

Beurre et crème :


Yves Clarat et Valérie Charles : Yves et Valérie gèrent une exploitation mixte laitière Blanc Bleu Belge à Froidchapelle. Yves est exploitant depuis 1987 et la ferme herbagère fonctionne en bio depuis maintenant 6 ans. Les animaux sont exclusivement nourris à base d’herbe, de foin et de céréales bio provenant de la région.
Yves et Valérie Clarat – Charles - rue de Virelles, 60 – 6440 Froidchapelle
060/41 12 54 – yvesetval@hotmail.com


 

 

Lait et glace à base de lait bio :


Glaces de Terniaux : Johan et Cindy Vandromme ont repris la ferme familiale, dans le petit village de Vergnies, à proximité des Lacs de l'Eau d'Heure. Depuis deux générations, leur famille élève des bovins de race Blanc Bleu mixte, race à viande et lait convenant bien à leur région herbagère. Tous les animaux naissent dans leur établissement. Johan et Cindy sont très soucieux du bien-être de leur bétail, qui est logé dans une aire paillée extérieure (paillot). Ils travaillent en agriculture biologique depuis 5 ans, ce qui leur permet d'avoir un très bon état sanitaire. De plus, ils développent tout doucement un petit commerce de crème glacée, réalisée à base de lait bio, le but premier pour Cindy, étant de garder un contact avec l'extérieur. Actuellement, elle propose 13 parfums, vendus principalement en litre mais aussi de très jolis gâteaux glacés. Ce travail est une passion que le couple essaie de transmettre à ses enfants, qui ont déjà l'amour des bêtes et de la ferme.
Johan et Cindy Vandromme – rue Terniaux, 9 – 6440 Vergnies
060/51.39.42 – baudsonc@hotmail.com

 


Boissons :


Brasserie de Silenrieux : Au cœur même des Barrages de l'Eau d'Heure, la Brasserie de Silenrieux se situe entre Beaumont et Philippeville. En 1991, après de nombreuses recherches menées en collaboration avec le laboratoire brassicole de Louvain-la-Neuve, deux bières de haute fermentation étaient élaborées. La "Joseph", bière d'épeautre et la "Sara", bière de sarrasin voyaient ainsi le jour. Fabriquées sans agent conservateur ni colorants artificiels, ces bières ont atteint un haut degré de qualité. Solidement ancrée dans le segment des bières spéciales, la brasserie de Silenrieux a innové une fois encore, en lançant sur le marché les premières bières d'épeautre et de sarrasin entièrement biologiques. Ces deux nouveaux produits, reconnus et certifiés par l'organisme européen ECOCERT, ne font en effet appel qu'à des matières premières 100% biologiques. C'est ainsi que les farines de sarrasin et d'épeautre, mais aussi les malts, houblons et épices proviennent de l'agriculture biologique. L'emploi de tels ingrédients, doublé d'une très sévère sélection en matière de levure aromatique, ravit les amateurs en quête de nouvelles sensations.
Brasserie de Silenrieux - Rue de Noupré - 5630 Silenrieux
071/ 63 32 01 - brasserie.silenrieux@belgacom.net http://users.belgacom.net/gc195540/index.htm


La Chavée : La nature dans votre verre… l'Ardenne sur votre table… L'image que l'on se fait de l'Ardenne est imprégnée des senteurs de ses forêts, de ses ruisseaux, de ses vallées et de ses villages au temps de la fenaison et de la moisson. Malgré la mécanisation galopante et les agitations de la vie moderne, notre Ardenne a conservé, à travers ses époques et ses tourments, le calme, la sécurité et le mystère qui la caractérisent. Perché au sommet de la vallée qui domine la Semois, Cornimont est là, petit et silencieux, pur et tranquille. Et c'est pour perpétuer le caractère ardennais, qu'a été créé il y a longtemps déjà, l'apéritif « La Chavée ». Il porte le nom d'un de ces lieux-dits comme il en existe ailleurs. Ailleurs, oui, mais en Ardenne .... « La Chavée » est le résultat de la macération longue de vin - eaux de vie - liqueur - épices - fruits et aromates assemblés pendant des temps de macération différents. La macération totale dure 6 semaines pendant lesquelles plusieurs remuages journaliers sont pratiqués. Une triple filtration est nécessaire avant la mise en bouteilles pour éviter l'emploi d'anti ferments artificiels. Ni aromes, ni extraits, ni conservateurs, ni colorants… un apéritif 100 % naturel produit à base de vin certifié bio par Ecocert provenant du Clos des Terrasses à Bergerac.
La Chavée - Yvan Bourguignon - Chaussée de Beaumont, 133 - 6440 Boussu-lez-Walcourt
081/51.25.26 - lachavee@skynet.be



 

 

 

 

 

 

 


 

 
 
 
 

AGILOG

Electrabel est le sponsor principal de l’Aquascope

©2006 Virelles Nature Asbl